Moins de ménages surendettés, mais avec davantage de difficultés

La commission plénière de surendettement de Seine-et-Marne fait le point sur la situation des Seine-et-Marnais et le surendettement.

14/02/2017 à 14:03 par Bénédicte de Chivré

Moins de dossiers mais des montants de dette élevés : la commission de surendettement reste vigilante.
Moins de dossiers mais des montants de dette élevés : la commission de surendettement reste vigilante.

Ne pas parvenir, malgré des efforts, à régler ses dettes de crédit, combler un découvert à la banque ou régler ses factures.

Voici la définition du surendettement donnée par la Banque de France. Au niveau départemental, l’institution financière est – avec la préfecture – l’un des maillons de la commission départementale de surendettement, dont l’ambition est de trouver une conciliation entre débiteur et créanciers.

Moins de dossiers…

Un bilan annuel a été présenté, vendredi 10 février, lors de la réunion plénière de l’instance, dans les locaux de la Banque de France de Melun.

Une compétence qui s’étend pour l’ensemble des Seine-et-Marnais.

« En 2016, nous avons examiné près de 3 500 dossiers contre 4 100 en 2015 », souligne Jean-Luc Marx, le préfet, qui préside le dispositif.

« C’est un indicateur qui permet de refléter l’état de santé de notre territoire, estime-t-il. Il y a moins de personnes surendettées en Seine-et-Marne et les chiffres sont en baisse depuis 2014. » Cette année-là, les chiffres avaient atteint leur maximum, en Seine-et-Marne comme en France. « En 2016, le département représente 20 % du surendettement en Ile-de-France », détaille le préfet.

Un élément toutefois à tempérer, selon lui, à cause de la forte progression démographique seine-et-marnaise.

… Mais un endettement qui augmente

Selon la commission, l’endettement moyen est en progression passant de 57 000 € par dossier en 2015 et culminant à près de 63 000 € l’an passé. Parmi les éléments pointés par la commission, les prêts à la consommation représentent une part substantielle (35 %) dans l’endettement des ménages.

« Notre commission veut se mettre à la disposition des particuliers qui estiment avoir besoin d’aide, explique Jean-Benoît Dubois, le directeur départemental de la Banque de France. Pour se saisir d’un dossier, la commission compare par exemple les ressources du ménage avec les charges incompressibles pour faire un point de situation».

« Nous traitons les dossiers au cas par cas, insiste Jean-Benoît Dubois. C’est un suivi individualisé pour prendre en compte toutes les situations mais le traitement repose sur la confiance. »

Et d’ajouter : « J’ai souvenir d’une personne qui avait saisi la commission alors qu’elle possédait plusieurs voitures de collection… »

« Effacement »

Différents types de solutions pour les personnes surendettées existent mais la commission ne prête pas d’argent ni ne règle de dettes.

En cas d’acceptation du dossier, plusieurs cas de figures peuvent se présenter :

  • une solution à l’amiable en trouvant un accord avec les créanciers,
  • des recommandations,
  • ou des mesures imposées.
  • En cas d’impossibilité totale de régler les dettes, un effacement total peut être envisagé. Une décision ultime qui nécessite toutefois une décision judiciaire.

J.V.C.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image